• Chapitre 36

    W.W. 36Toutes les personnes présentes me regardèrent la bouche ouverte. Et celui qui était un peu plus surélevé que les autres me regarda avec mépris. Il se leva, descendit de l'estrade et s'approcha de moi. Il me prit le menton et rapprocha son visage du mien. Il me sourit avec sauvagerie et se mit à me rire au visage ... Deux ou trois personnes rirent avec lui mais c'étaient des rires faux et soumis.
    Il releva la tête sans me lâcher le menton et regarda les gens autour de moi... « Non, ne me dite pas que vous croyez que sa, il tourna mon menton vers l'assemblée, est réellement l'héritière de ce monde .Cette chose n'est même pas digne de prétendre à l'être ». Klouse se leva et dit : « Votre Majesté ! (Majesté ?) Cette personne est belle et bien l'héritière, et je ne permettrais pas que vous ne l'insultiez ! » La personne qu'il avait appelée majesté le regarda avec dégoût comme si Klouse ne valait pas mieux qu'une grenouille à moitié pourrie... Le fait qu'il accorda ce regard au seul qui voulait me protéger, m'énerva fortement. Coco se leva et s'apprêta à me défendre enfin je suppose que c'est ce qu'elle s'apprêtait à faire. Mais je décidai de me défendre moi-même :


    - « Monsieur puis-je savoir comment je dois vous appeler ?



    - Appelez-moi MAJESTE mademoiselle l'imposteur. 



    - Majesté ? Très bien Majesté (mon ironie était palpable à chaque que je prononçais ce mot), je suis (pratiquement) sûre que je suis l'héritière et j'aimerai savoir pourquoi vous osez vous appeler 'majesté'.



    - J'ai été élu mademoiselle la menteuse, et vous, vous vous prenez pour quoi . 



    - Je ne me prends pour rien ! Je suis l'héritière et la future reine ! Monsieur le roi de substitution ! Monsieur l'USURPATEUR !



    - Roi de substitution ? Usurpateur ? Comment osez-vous espèce de moins que rien ! Si vous revenez ici je promet de vous tuer de mes propres mains ! Vous ne méritez même pas de vous présenter à mes yeux ! Espèce de ... » 



    Il s'apprêta à me frapper, je baissais la tête mais je ne sentis pas le coup venir. Je relevais la tête et vis Léandre tenant dans sa main le poing fermé de la 'majesté'... Il approcha son visage de lui et fit sortir ses écailles. 
    « Si vous vous approchez encore d'elle ou même si vous osez poser votre regard sur Angélique je jure de vous déchiqueter avec mes propres dents... »

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :