• Chapitre 46

    W.W. 46
    Je regardai avec stupeur cette nouvelle arme entre mes mains ! Je vis qu'elle était recouverte de sang... D'ailleurs ce liquide rouge et visqueux commença à couler sur mes mains... Je sentis une chaleur se répandre dans mon corps et ma rétine commença à me brûler Je vis que ma vision changeait encore. Comme dans mon premier entrainement avec Ace, mais je ressentais, cette fois-ci une envie sauvage et féroce. Toutes les parcelles de mon corps voulaient ce battre. Je me retournai vers la bête qui n'était pas encore morte et je m'approchai d'elle. Je pris mon épée dans ma main droite et caressai de mon autre main la tête de cette étrange créature. J'entendais encore des cris derrière moi mais je continuais à caresser ce monstre. C'est yeux se fermèrent et je sentis qu'il commençait à avoir confiance en moi. Mon cœur me disait de le laisser en vie mais la chaleur qui se repandait dans mon corps me disait ... Me criait de le tuer... Je soulevais mon épée et ... Lui tranchai la tête. Je me retournais vers les cris qu'il y avait derrière moi... Je vis Léandre, Ace et l'équipage qui me regardaient avec stupéfaction. La chaleur s'estompa et je baissai la tête. Je vis de grandes flaques de sang sur le sol et sur la pourfendeuse qui était redevenue bleu... Mes mains étaient elles aussi couvertes de sang ... Je lâchai mon épée, qui tomba dans un vacarme assourdissant. Je m'approchai de mes amis en boitillant. Je m'affalai par terre. A moitié endormie, je sentis quelqu'un me prendre dans ses bras et me poser doucement sur un matelas. Quand je me réveillai, je ressentis un sentiment vague... Je me sentais aussi un peu nauséeuse. Je me levai et je me rendis compte que je ne pouvais marcher droit. Je vis avec surprise, une canne posée à côté de mon lit... Je la pris et m'en servis pour arriver jusqu'au pont. Léandre et Ace étaient en grande discussion... Quand je m'approchai d'eux ils se turent et me regardèrent... Ace me regardait avec beaucoup de curiosité mais par contre Léandre était plutôt inquiet ... Voire effrayé. Ils m'approchèrent et me fixèrent. Je tournai la tête et ne vis que quelques traces de sang sur la moitié du pont. Mes yeux s'écarquillèrent ... Je ne me souvenais pas exactement de ce qui s'était déroulé la nuit dernière... Je me retournai vers eux :
    - « Qu'est ce qui c'est passé ?!?! Ne me dites pas que j'ai un rapport avec ça ? »
    - Ace : Il rit « Tu n'as pas juste un rapport avec ça ... C'est toi qui a fait ça toute seule. »
    - Angélique : « Non ... Non ... NON ! Je n'ai pas pu faire ça ! Je ... »
    - Léandre : « Je suis désolé ... J'aurais dû t'expliquer ... Quand ton épée est en contact avec du sang ... Elle change... La légende dit que ... Elle dit que ... »
    - Ace : « La légende dit que si elle est en contact avec du sang ... Elle se transforme et si le propriétaire ne maîtrise pas cette transformation alors il change avec elle. »
    - Angélique : « J'ai blessé quoi ? »
    - Léandre : « Je dirais plutôt attaquer quoi ... »
    - Ace : « Moi je dirais plutôt ... J'ai tué quoi ? »
    - Angélique : « Alors quoi ? »
    - Ace : « Un dragon. »
    - Léandre : « ... Sauvage... »
    - Angélique : « Pourquoi j'ai fait ça ? »
    - Léandre : « C'est juste l'épée ... ! Ce n'est pas vraiment toi ... »
    On entendit un grand bruit et les grandes ailes noires commencèrent à se plier et à se déplier ... Elles finirent par disparaître dans la coque du bateau ... Léandre :
    - « Je te le redis ! Ce n'est pas ta faute ! Cette bête nous a attaqués ... Tu nous a défendus avec beaucoup de courage ! »
    - Angélique : lui souriant. « ... Nous sommes arrivés ... Descendons ! »
    - Ace : « Si tu savais vraiment où on allait ... Tu n'aurais pas hâte ... »
    Je boitillai jusqu'au bord du bateau ... Ace me barra la route avec mon épée ... Je la pris dans mes mains ... Je la mis dans mon dos et continuai de boitiller jusqu'à la sortie... Quand je posai mon pied sur la terre ferme ... Quand je fis mes premiers pas sur ce territoire inconnu ... Je sentis le danger qui m'entourait ... La pression qui commençait à m'oppresser... Je regardais autour de moi ... Il n'y avait que des arbres ... Le bateau partit tout de suite ! Et même si je ne le vis pas s'envoler, trop obnubilée par cette forêt sombre et effrayante, j'entendis Kalia me crier :
    « BONNE CHANCE ! CHASSERESSE ! »

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :