• W.W. 18
    Chapitre 18 :
     
    Nous arrivâmes dans un bureau ou elle m'expliqua les bases du Wild World (voir le Wild World et ces royaumes).  Et me dis que je devais absolument garder le secret sur mon identité. Sans m'en rendre compte je m'endormis sur le canapé ou nous nous trouvions. Mais quand je me réveillai je me trouvais dans un grand lit à baldaquin blanc. Je sortis du lit et vis que je portais une longue chemise de nuit blanche. Je m'approchais de la fenêtre et ouvris les rideaux.
    Un paysage blanc s'offrait à moi. Je voyais de la neige. Non, j'ouvris la fenêtre et attrapai ce que j'avais pris pour un flocon. C'était un pétale ? En forme de flocon ?  C'était splendide. Un pétale en forme de flocon. Je passai ma tête par la fenêtre et vis environ un millier d'arbres à flocons. Des milliards de flocons éternels. Des flocons qui ne fondront jamais. Waouh...  Je restai subjuguée quelques instants devant cette beauté à couper le souffle. Je fermai cette fenêtre et me retournai vers l'armoire.
    Je l'ouvris. J'y trouvais de longues robes luxueuses, des robes de cérémonie et des robes légèrement plus décontractées. Mais pas mon style. Je cherchais dans la grande chambre ou je me trouvais s'il y avait une autre forme de vêtements. Là je vis trois valises dont une qui bougeait beaucoup.

    Je l'ouvris et Give me sauta au cou.  

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Chapitre 19 :
     
    Give ! Mon chat ! Je l'avais complètement oublié. Je m'en voulus à mort. Mais ce qui était fait était fait.  Et je fus reconnaissante à la personne qui avait fait ma valise de l'avoir pris. Je cherchais dans la valise ou était Give de la nourriture pour chat. J'en trouvai avec un petit bol et de l'eau je lui servis le tout. Il mangea pendant que j'ouvrais les autres valises. Je trouvai un jean bleu bon un peu déchiré mais qui ferait l'affaire. Je cherchais un T-shirt sobre mais à la place je trouvais une chemise noire. Je me suis dit que ça ferait l'affaire aussi. Je laissai Give sur mon lit. Et m'approchai de la porte. Quand je l'ouvris, une dizaine de personnes m'attendez. Je m'appuyai sur le rebord de la porte. Et demandai :
    -          Moi, « Qui êtes vous ? »
    -          Un des hommes, « Nous sommes des gardes de la division royale rapprochée, Princesse. »
    -          Moi, « Et pourquoi êtes vous la ? »
    -          Un autre des hommes, «  Nous devons vous escorter en cours, Princesse. »
    -          Moi, «  Un instant en cours ? Je retourne dans mon monde ? »
    -          Un des gardes, « Non, vous devez aller prendre quelque cours de civilisation, escrime, tire à l'arc, coutume... Dans notre monde. »
    -          Moi, « Très bien. Mais qui je suis ? »

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • W.W. 20
    Chapitre 20 :
     
    -          Les gardes, « *Ma question les étonna mais l'un de me répondit* Vous êtes Angélique Wild, la fille du roi. Et votre fausse identité est Lorie Dake petite bourgeoise de White City.
    Très bien, je compris que mon identité pour l'instant était Lorie Dake.
    Je m'approchais d'eux
    -          Moi, « D'accord allons y mais je vous pris de m'appeler Lorie. »
    Ils avaient tous sur leur tête un air légèrement ahuri. J'en conclus qu'ils n'avaient sans doute pas l'habitude que l'on leur parle comme ça. Je marchais un peu avec eux. Et me demandai comment je m'étais retrouvée là. Sur le chemin je croisais un homme. Quand son regard se posa sur moi je frissonnais. Il était petit et osseux.
    Nous arrivions dans une grande salle toujours aussi blanche que le reste.
    J'aurai du prendre en compte la blancheur du château avant de mettre une chemise noir ! Tous les gardes partir il n'en resta plus qu'un.
    Ce garde me tira une chaise. Et me dis :
    -          « Je vous en pris Prin.... Made.... Lorie. »
    -          *Je m'assis* Merci... Euh... Pourriez- vous me dire votre nom s'il vous plaît »
    -          Le garde, « Je m'appelle Erem. »
    -          Moi, « Enchanté, vous me connaissait donc pas besoin de me présenter. Vous savez déjà qui je suis. »
    Et peux après je chuchotais presque juste pour moi :
    « Et ce que je deviendrais bientôt. »

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    W.W. 21
    Wild World 21:
     
    Même si je ne comprenais pas le but de chaque cours, j'arrivais a peu près à les suivre. La situation dans laquelle j'étais ou plutôt était le Wild World semblait difficile. Le roi et la reine assassinés il y a trois ans, le Wild World avait réussi à tenir que grâce au bon gouvernement que la royauté avait instauré au cours des siècles. Mais les royaumes n'étaient pas prospères. Les riches bourgeois essayaient de prendre le pouvoir de leur ville en l'absence du roi. Ou même tuer impunément. Mais le pire était l'absence de hunter. Je le compris dans mon cours d'histoire et de civilisation et aussi grâce au journal qui chaque semaine relatait des meurtres sanglants. Commis par des monstres sordides.
    Au bout d'une semaine je commençais à m'habituer, je dis bien commençais, à la vie ici. Mais je compris grâce à Coco, Léandre et Erem avec qui je passais les trois quarts de ma journée. Que je devais protéger mon identité. Chaque semaine, dans le journal, des recherches sur moi étaient faites. Enfin, de moi.... On va plutôt dire qu'ils cherchaient tous « L'Enfant Royale Disparue ». C'était le nom que me donnaient tous ces journalistes. « L'Enfant Royale Disparue »..... Le journal évoquait des gens ressemblants fort au roi ou à la reine. Mais ses pistes ne conduisaient jamais à rien.
    Dans certains on voyait des personnes se faisant passer pour « L'Enfant Roy... » Bon etc. Mais bien sûr ils étaient tous des imposteurs. Cela me faisait peur. Mais étonnamment un peu plaisir. Dans mon ancien monde j'étais comme tous les autres. J'étais la fille dont on se souviendrait de loin. Dans ce monde j'étais unique mais malgré le plaisir que ça me procurait, le sentiment qui l'emportait quand même dans mon cœur était quand même la peur. J'étais recherchée par des milliards et des milliards de personnes. Mais ils ne savaient pas si une fille ou un garçon. Ils ignoraient aussi mon âge. Personne ne savait rien de moi et pourtant ils me cherchaient tous....
    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Chapitre 22:

     
    Chapitre 22:
     

    Aujourd'hui, je venais de finir mon dernier cours de la journée : monstres et créatures surnaturelles. Je venais de rentrer dans ma chambre et comme à chaque fois depuis mon arrivée j'avais l'impression de redevenir moi. Et non Lorie Dake fille d'un petit bourgeois de White City. Moi Lorie ou plutôt Angélique Wild unique descendante royale venant tout droit d'un autre monde. Comme à son habitude Give était affalé sur mon lit et ronflotait paisiblement. Il était lové contre mon oreiller. Je l'enviais assez, il ne s'était rendu compte de rien. Le seul changement dans sa vie c'était juste la taille de son  jardin qui avait triplé, dix fois. Quand je me baladais dans le jardin avec lui le regard des gens étaient braqué sur lui. Tous les animaux de se royaumes étaient blancs ou transparents. C'est sûr que le pelage roux et blanc de Give faisait tâche. Mon style vestimentaire n'avait pas changé mais tous mes vêtements étaient blancs. Jean. Blanc. T-shirt. Blanc. Chaussures. Blanches. Mais mes cheveux blond vénitiens et ondulés et mes yeux bleu gris. Eux n'avaient par contre pas viré au blanc. Jamais. Bon passons. Peu de temps après mon retour quelqu'un toqua. J'allai ouvrir la porte quand ma fenêtre vola en éclat. Mon cœur faillit s'arrêter tellement j'avais eu peur. Je vis de l'autre côté de ma fenêtre brisée un dragon. Mais un gros dragon. Au moins deux fois la taille de Coco.
    J'entendis un grand bruit, tournai la tête et vis ma porte qui avait explosé. Je me demandais comment j'allais expliquer ça à Clouse qui était étonnamment toujours là pour me réprimander. Etonnant non ?
    Je réfléchis quelques instants aux mensonges les plus plausibles que j'aurais pu lui donner. Mais je relevais la tête et plongeai mon regard dans celui  du dragon noir. A ce moment je me rendis compte que ce n'était pas vraiment le moment de m'inquiéter pour sa.  

    Partager via Gmail Technorati Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire